Actualités

Les maladies frustres du lapin
22/10/2021

Les maladies frustres du lapin

Une récente étude a démontré que 7 lapins sur 10 son t malades … silencieusement. Quelles sont ces pathologies invisibles du lapin ?   Les problèmes dentaires   Les dents des lapins poussent en permanence. Leur usure est assurée par le frottement des dents les unes sur les autres. La principale pathologie frustre chez le lapin est la maladie dentaire lors de laquelle les structures profondes des dents sont atteintes dans un premier temps. Les déformations et malocclusions suivent sans que le propriétaire de l’animal ne s’en aperçoive. Ce dernier va commencer à s’inquiéter lorsque son lapin présentera une anorexie, un larmoiement permanent ou une masse (abcès). En attendant ces symptômes visibles, le lapin peut vivre très longtemps avec cette maladie sans que personne ne s’en rende compte. En effet, seule une radiographie peut révéler la présence de cette pathologie. Une alimentation riche en fibres permet de limiter les problèmes dentaires des lapins. Des granulés complets durs ne suffisent pas à user les dents des lapins. Foin, légumes et herbes sont indispensables, mais, attention, chaque nouvel aliment frais doit être introduit dans l’alimentation avec précaution, par toutes petites quantités pour éviter les troubles digestifs.     Les problèmes de la colonne vertébrale Des déformations de la colonne vertébrale ont été décelées lors de cette étude chez les lapins. L’arthrose, mais aussi la spondylose (usure des disques des vertèbres) peuvent aussi être présente sans que les propriétaires ne s’en aperçoivent.   Il est donc important d’observer comment se déplace et se tient le lapin afin de noter toute modification causée par la douleur.     Les problèmes de peau   Les lapins peuvent présenter des problèmes dermatologiques avec présence de parasites invisibles à l’œil nu. Une alimentation de qualité et une hygiène parfaite permettent de préserver l’équilibre cutané et limiter l’apparition de parasitose. Sachez qu’il n’est pas nécessaire de laver les lapins avec des shampooings, un brossage régulier suffit. Il est aussi possible de mettre à disposition d’un lapin de la terre à bain.     Autres pathologies D’autres maladies ont été mises en évidence dans de moins grandes proportions lors de cette étude. Il s’agit de troubles oculaires, de lésions de la cavité nasale, de fractures cicatrisées, mais aussi de masses utérines et de calculs rénaux.   En conclusion, en plus de toutes les maladies visibles rapidement chez le lapin, il existe un grand nombre de pathologies assez frustres. Il faut être vigilant ! Des contrôles réguliers chez le vétérinaire sont donc importants. Cela peut être lors de la consultation vaccinale, par exemple, et d’autant plus chez les lapins âgés pour lesquels des bilans complets sont conseillés.
Quiz: Les animaux dans les dessins animés
15/10/2021

Quiz: Les animaux dans les dessins animés

Nouveau quiz sur les animaux dans nos dessins animés !! À vos souvenirs, prêts, partez... Chargement…
Le caméléon casqué du Yémen
08/10/2021

Le caméléon casqué du Yémen

Taille adulte : 55 cm pour les mâles, 35-40 cm pour les femelles Longévité : 4-6 ans Température : Point chaud : 28°C le jour et 25°C la nuit Point froid : 20°C le jour et 18°C la nuit Hygrométrie : 60-90% Éclairage : UV B 12 heures par jour   Distribution géographique et habitat Les caméléons casqués vivent en Arabie saoudite et au Yémen. Leur nom vient de leur casque imposant caractéristique. Ils sont arboricoles et diurnes. Ils vivent dans des zones humides (50-90%) avec forte amplitude thermique (25-28°C le jour et 18-20°C la nuit).   Soins en captivité Un flexarium de 100cm de haut/50cm/60cm de côté est un minimum pour un individu adulte. Les adultes sont gardés seuls à partir de l’âge de 5 mois car ces caméléons sont très territoriaux, même entre individus du sexe opposé. Des terrarium grillagés artisanaux peuvent aussi être construits, mais le nettoyage des montants est plus difficile et il faut prévoir des mailles assez étroites pour éviter les évasions d’insectes. Les terrariums en verre sont à proscrire car l’aération n’est pas suffisante et certains individus peuvent être stressés par leur reflet dans la vitre. Les jeunes doivent être maintenus dans de plus petits volumes pour favoriser la prise alimentaire : ils chassent ainsi plus facilement leurs proies. Un spot UVB chauffe et diffuse des UV en même temps. Il doit être placé à l’extérieur du flexarium pour éviter que le caméléon ne se brûle dessus. Il doit être remplacé en moyenne tous les ans (dépend des marques). On conseille des plantes vivantes afin de maintenir l’hygrométrie. Bien se renseigner sur les plantes toxiques car certains caméléons en ingèrent de temps en temps. Attention aux terreaux et insecticides pulvérisés sur ces plantes avant l’achat. L’humidité est maintenue entre 60% et 90% en pulvérisant en fin de journée quand les températures baissent, pour favoriser une nuit fraiche et humide. Il faudra aussi pulvériser le matin juste avant que le spot se mette en route, pour remplacer la rosée matinale. En effet les caméléons ne boivent pas dans les bols d’eau mais seulement les gouttes sur les feuilles. Un caméléon se déshydrate vite s’il n’a pas à boire régulièrement dans la journée, et si l’humidité de l’air est insuffisante.   L’alimentation Les caméléons casqués sont omnivores . Il leur arrive de goûter les plantes du flexarium, qui doivent donc être comestibles. On évitera par exemple de planter dans le flexarium un Amaryllis, un Spathiphyllum, du Diffenbacchia, du Scindapsus ou du Philodendron. L’alimentation doit être variée et comporter au minimum 3 types d’insectes. Il est important d’effectuer un « gut-loading » c’est-à-dire de nourrir les proies avec des aliments riches en calcium avant de les distribuer. Il faut aussi saupoudrer les proies avec du calcium. Il est parfois conseillé d’augmenter l’alimentation des femelles pendant les 15 jours précédant et suivant l’accouplement.   Statut juridique : Classé en annexe II de la convention de Washington et annexe B du règlement CE 338/97.   Reproduction Les femelles sont matures vers 6 mois, mais on conseille d’attendre un an pour la mise à la reproduction. Les mâles sont matures vers 8 mois. La reproduction a lieu toute l’année en captivité. Le sexage des animaux adultes est facile : les mâles présentent des rayures jaunes et orange, sont plus grands et possèdent des ergots sur les pattes. Les femelles sont uniformément bleues ou vertes, et plus petites 35-40 cm. La gestation dure 1 à 3 mois selon la durée de conservation du sperme dans les spermathèques des femelles. Trois à quatre pontes peuvent avoir lieu par an, comportant 25 à 80 œufs. L’éleveur peut récupérer les œufs pour les placer dans un incubateur artificiel. Chez les reptiles, contrairement aux oiseaux, l’adhésion de l’embryon à la coquille est normale. L’œuf peut être retourné dans tous les sens dans l’heure qui suit la ponte. Après une heure, l’embryon se fixe à la coquille de l’œuf. Dans le premier tiers de l’incubation, l’œuf ne peut être bougé que dans un axe vertical. Si on tourne l’œuf selon son axe horizontal, on tue l’embryon, ou bien on provoque des malformations. En effet, on fait tomber le jaune, qui suit la gravité, sur l’embryon adhérant à la coquille. De plus le mouvement peut casser les annexes extraembryonnaires, notamment l’allantoïde qui est très fragile à ce stade. Après le premier tiers d’incubation, les membranes sont plus solides et on peut retourner l’œuf. La seule conséquence est que le juvénile sortira par la partie de l’œuf situé contre le sol au lieu de sortir par le haut de l’œuf. Après 6-7 mois d’incubation à 25°C, les œufs éclosent. Le taux d’éclosion est meilleur à 25°C qu’à des températures plus chaudes. Le sexe est déterminé génétiquement.
Journée Mondiale des Animaux
04/10/2021

Journée Mondiale des Animaux

Aujourd’hui, lundi 4 octobre, nous célébrons la Journée Mondiale des Animaux. Elle fait partie des nombreuses journées dont les Nations Unies sont inspiratrices. L’idée a été introduite lors du Congrès international pour la protection des animaux à Vienne en 1929. Et en 1931, lors du Congrès à Florence, cette Journée Mondiale des Animaux est entrée en vigueur. Cette journée a pour but d’améliorer les conditions de vie des animaux et de faire preuve de bienveillance. Célébrez cette journée mondiale en passant du temps avec votre animal de compagnie  : emmenez votre chien au parc, jouez avec votre chat, faites sortir votre lapin ou hamster pour jouer avec lui, donnez une friandise à votre oiseau… Vous pouvez retrouver tous les évènements liés à cette journée mondiale sur le site officiel de la Journée Mondiale des Animaux.  
Quiz: Les bébés animaux
24/09/2021

Quiz: Les bébés animaux

Nouveau quiz: Testez vos connaissances sur les bébés animaux. Chargement…
DAPP : Kesako?
17/09/2021

DAPP : Kesako?

Actualités Que vous soyez adepte ou non, les insectes et les produits dérivés d’insectes sont désormais autorisés dans l’alimentation humaine depuis le 1 er janvier 2018 ! Et oui, notre alimentation risque fortement d’évoluer avec des insectes au menu. Des insectes qui sont source de protéines de haute qualité, de matières grasses, de fibres et d’oligo-éléments et dont l’élevage pollue moins que celui de nos vaches. Il en faut pour tous les goûts… Les insectes dans votre assiette, ça vous dit ?   DAPP ? Qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Dans le jargon vétérinaire, cela veut dire Dermatite allergique aux Piqures de Puces, c’est-à-dire qu’un animal développe une réaction allergique à la moindre piqure de puce.    Les puces Les puces sont de minuscules insectes qui se nourrissent du sang des animaux. Celles qui infestent nos chiens et nos chats sont Ctenocephalides felis. Sauf pression d’infestation très forte, ce ne sont pas les mêmes qui nous piquent, nous, les humains ! Les puces vivent sur l’animal, ce qui provoque des démangeaisons. Lorsqu’elles piquent, elles injectent leur salive auparavant pour fluidifier le sang. Elles pondent ensuite plusieurs centaines d’œufs par jour qui tombent dans l’environnement de l’animal et notamment dans ses couchages, dans les tapis, les moquettes, les parquets, les plinthes… Ces œufs se transforment en larves puis en nymphes et peuvent ainsi rester plusieurs mois en latence si les conditions ne sont pas bonnes : température, obscurité, absence d’animaux… puis sauter sur leur proie par la suite. Par conséquent, l’infestation de la maison peut être très rapide… Et il ne faut pas négliger le traitement antiparasitaire de son animal et de la maison !   Et lors d’allergie ? Si un animal est allergique aux puces, c’est en fait à leur salive. En effet, celle-ci contient de nombreux allergènes qui provoquent alors une réaction vive d’hypersensibilité. Dans ce cas, une seule piqure de puces (et donc de contact avec la salive que la puce injecte) peut suffire à engendrer les symptômes).   Quels sont les symptômes ? En plus des démangeaisons engendrées par les déplacements des puces sur la peau, l’animal ressent de vives démangeaisons dues à la réaction allergique. Ils se grattent, leur peau est rouge et irritée. Et perdent leurs poils sur certaines zones. Des infections cutanées peuvent apparaître suite aux grattages intempestifs de l’animal. Les lésions sont souvent localisées au niveau des lombaires.     Quels traitements ? Lors de DAPP, il faut prendre en charge aussi bien la présence de puces que la réaction allergique elle-même et les éventuelles infections cutanées (pyodermites). Pour cela, une visite chez le vétérinaire est indispensable pour mettre en évidence le diagnostic précis et stopper la réaction allergique par la prise d’un traitement spécifique. Il vérifiera l’état de la peau, la présence ou non d’une pyodermite et pourra mettre en place un traitement par voie orale et/ou local adapté (antibiotiques, shampooings, crèmes…). Évidemment, il faudra aussi éliminer toutes les puces de l’animal, mais aussi de ses congénères et de son environnement. La prise en charge parasitaire devra donc être strictement respectée lors de la mise en évidence du diagnostic puis tout au long de la vie de l’animal. Conclusion En effet, il est préférable de prévenir une DAPP que de devoir traiter un chien ou un chat souffrant de tellement de démangeaisons. Cela passe donc par la prévention de toute piqure de puce, bien sûr. Si votre animal souffre de DAPP, il est alors indispensable de le traiter régulièrement, généralement tous les mois en fonction du médicament utilisé, contre les puces et ce, même l’hiver !
L'uromastyx
10/09/2021

L'uromastyx

Taille adulte : 27 à 71 cm selon l'espèce Longévité : 10-12 ans   Température : Point chaud : 40°C le jour et 28°C la nuit Point froid : 22°C le jour et 20°C la nuit   Hygrométrie : environ 40%   Éclairage : UV B, 10-12 h/jour   Distribution géographique et habitat :   Les Uromastyx habitent, selon l'espèce, en Afrique, en Inde ou en Asie. L'aire de répartition de l'Uromastix est très étendue, du Sahara occidental jusqu'au nord-ouest de l’Inde, en passant par le nord de l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Irak, l’Iran, le sud de l’Afghanistan et le Pakistan. Ce lézard, très sédentaire, ne bouge que lorsqu'il y est obligé. Dans la nature, l'Uromastix possède un abri principal, d'où il sort pour s'alimenter ou relaxer sur une grosse roche, prenant un bain de soleil. Le terrier, fixe et individuel, des Uromastix est formé par une galerie creusée, sous une dalle de rocher, dans des éboulis pierreux. Cette galerie ne possède qu'une seule entrée, elle descend à environ 1 m de profondeur et peut atteindre plus de 2 m de longueur. La température au fond du terrier est très inférieure à celle de l'extérieur. Il est donc important de fournir une cachette au point froid en captivité.   Soins en captivité :   Un terrarium de 50 cm de côté est le minimum pour un couple d'Uromastix adulte. Il est important de ne pas faire cohabiter deux mâles ensemble, car les combats entre ceux-ci sont plutôt violents et se terminent souvent par la mort de l'un d'eux. La température doit être maintenue entre 32 et 40°C le jour et osciller aux alentours de 22°C durant la nuit. Le chauffage peut être obtenu grâce à des lampes infrarouges, céramiques, et à des tapis chauffants. On préfèrera les chauffages externes au terrarium plutôt que les pierres chauffantes pour les lézards désertiques, qui peuvent occasionner de graves brûlures en cas de surchauffe. Un néon à rayons UVB, situé à 30 cm du lézard, doit être allumée un minimum de 12 heures par jour et changé au minimum tous les 6 mois. La présence de deux cachettes au minimum, l'une au coin chaud et l'autre au coin frais, est indispensable. Omettre cet élément occasionne un stress important à l'animal. La taille des abris devra être adaptée à celle du lézard.   Alimentation :   Les jeunes sont plutôt omnivores, ils peuvent manger quelques grillons ainsi que des feuilles de pissenlit, Chicorée et même quelques fois des pommes, jusqu'à la taille d'environ 25 cm. Les adultes quant à eux, sont herbivores. En captivité, on fournit des légumes variés et riches en calcium : du chou, des épinards, des carottes, de la luzerne, des feuilles de pissenlits, du trèfle, etc. Ne pas oublier les suppléments vitaminiques et calciques une fois par semaine.   Reproduction :   La saison reproductrice commence au début du printemps. La femelle est ovipare et donne en moyenne une quinzaine d'oeufs. L'incubation dure environ trois mois, soit entre 75 et 90 jours.    Statut juridique :   Les Uromastix sont considérés comme relativement menacés dans leur habitat naturel. (Les nomades sahariens donnent les jeunes Uromastix comme jouets à leurs enfants; les adultes morts, séchés et rembourrés, sont vendus aux touristes) De ce fait, toutes les espèces d'Uromastix sont classées en Annexe II de la convention de Washington. Les individus prélevés directement dans la nature doivent donc être vendus avec un numéro de C.I.T.E.S. (Convention on International Trade in Endangered Species).   Classification :   Selon les dernières classifications effectuées par Wilms & Bohme en 2001, le genre Uromastix comprend maintenant 16 espèces et 9 sous-espèces.   Uromastyx acanthinura     Uromastyx acanthinura acanthinura (Bell, 1825)     Uromastyx acanthinura nigriventris (Hartert, 1913) Uromastyx très colorés avec différentes nuances de vert. Uromastyx aegyptia     Uromastyx aegyptia aegyptia (Forskall, 1775)     Uromastyx aegyptia microlepis (Blanford, 1874) Uromastyx alfredschmidti     Uromastyx alfredschmidti (Wilms & Bohme, 2000) Uromastyx asmussi     Uromastyx asmussi (Strauch, 1863) Uromastyx benti     Uromastyx benti (Anderson, 1894) Uromastyx dispar     Uromastyx dispar dispar (Heyden, 1827)     Uromastyx dispar flavifasciata (Mertens, 1962)     Uromastyx dispar maliensis (Joger & Lambert, 1996) Uromastyx geyri     Uromastyx geyri (Muller, 1922) Uromastyx hardwickii     Uromastyx hardwickii (Gray, 1827) Uromastyx leptieni     Uromastyx leptieni (Wilms & Bohme 2000) Uromastyx loricata     Uromastyx loricata (Blanford, 1874) Uromastyx macfadyeni     Uromastyx macfadyeni (Parker, 1932) Uromastyx occidentalis     Uromastyx occidentalis (Mateo & Bons, 1999) Uromastyx ocellata     Uromastyx ocellata (Wermuth, 1967) Uromastyx ornata     Uromastyx ornata ornata (Heyden, 1827)     Uromastyx ornata philibyi (Parker, 1938) Uromastyx très coloré avec des couleurs verte, bleue et jaune. Uromastyx princeps     Uromastyx princeps (O’Shauhnessy, 1880) Uromastyx thomasi     Uromastyx thomasi (Parker, 1930)    
Quiz: L'octodon
03/09/2021

Quiz: L'octodon

Découvrez notre nouveau quiz sur ce petit animal: L'octodon Chargement…
Vendre un chiot ou un chaton. Réglementation
26/08/2021

Vendre un chiot ou un chaton. Réglementation

Que vous soyez éleveur amateur ou professionnel, la cession d’un chiot ou d’un chaton comporte un certain nombre d’obligations réglementaires.  Celles-ci sont régies par une ordonnance publiée dans le cadre de la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt (Article 55-6 de la LOI n° 2014-1170 du 13 octobre,  JORF n°0238 du 14 octobre 2014 page 16601, précisée par l’Ordonnance n° 2015-1243 du 7 octobre 2015 relative au commerce et à la protection des animaux de compagnie) et applicable depuis le 1er janvier 2016. Le propos de cette ordonnance est de préciser le seuil de déclaration de l’activité d’élevage de chiens et de chats tout en préservant « l’activité des éleveurs professionnels comme non professionnels qui garantissent la pérennité des races et des espèces et contribuent au maintien de la filière nationale de génétique collective. »   Le seuil de déclaration commence au premier chiot ou chaton : L’objectif affiché est de dissuader les particuliers de faire porter leurs chiennes ou leurs chattes pour le plaisir, et ainsi tenter de contribuer à limiter le nombre d’abandons en limitant l’offre et en organisant la traçabilité de la filière. Selon cette réglementation, est considérée comme éleveur toute personne vendantau moins un chien ou chatissu d’une femelle reproductrice lui appartenant. Ainsi pour vendre un chiot ou un chaton, vous devez préalablement vous déclarer auprès de la chambre d’agriculture et obtenir un numéro SIREN. Vous pouvez obtenir cette immatriculation sur le site internet  http://www.sirene.fr/sirene/public/accueil , à la rubrique « Déclarer son entreprise », puis en suivant le lien vers le centre de formalités des entreprises (CFE) dont vous dépendez, ou plus directement, sur le site  http://www.chambres-agriculture.fr/accueil/  en recherchant votre région pour déclarer votre activité. Un formulaire peut être téléchargé et renvoyé par courrier. La demande est alors traitée par l’INSEE qui attribue le numéro de SIREN à neuf chiffres, le plus souvent sous 48 heures ouvrables. Quel que soit le nombre de chiots ou de chatons vendus, l’ensemble des revenus issus de la vente sont à déclarer au titre des bénéfices non commerciaux, et sont soumis à l’impôt sur le revenu.   Je souhaite passer une annonce, quelles sont les obligations ? Les mentions obligatoires pour la publication d’une annonce de vente de chiots et de chatons sont clairement établies, que ce soit par voie de presse ou sur internet. Vous devez faire figurer l’âge des petits, leur éventuelle inscription au livre des origines (LOF pour les chiens, LOOF pour les chats), leur numéro d’identification (ou celui de la mère), le nombre de petits dans la portée, et enfin le numéro de SIREN. Le non-respect de ces dispositions est passible d’une contravention pouvant aller jusqu’à 750 euros. En cas de fraude constatée sur le numéro de Siren, l’amende s’élève à 7500 euros. Une dérogation pour le cas des chatons LOOF et des chiots LOF : Les éleveurs amateurs dont les chiens et chats sont inscrits aux livres des origines (LOF ou LOOF), ne sont pas tenus de cette inscriptions’ils ne produisent pas plus d’une portée par an et par foyer fiscal. C’est alors le numéro de déclaration de portée qui permet d’assurer la traçabilité, l’origine du jeune pouvant être vérifiée dans les registres. Ce numéro est transmis à l’éleveur une fois les petits identifiés. Pour le LOOF, ce numéro est constitué ainsi : LOOF – n° de dossier – année de naissance – ordre d'inscription   Quelles sont mes obligations lors de la cession ? Au moment de la vente, les chiots et chatons doivent être âgés de plus de huit semaines et identifiés.  Ils doivent être munis d’un certificat vétérinaire attestant du bon état de santé du jeune lors de la cession, certificat qui peut être établi lors de l’identification. Pour éviter les achats impulsifs (l’ordonnance dit « compulsifs »), la cession ne peut se faire que dans un spécifiquement dédié, c’est-à-dire hors de tout lieu non consacré aux animaux de compagnie. Une attestation de cession doit être fournie. Au-delà, les caractéristiques et les besoins du jeune doivent être précisés.   Comment vendre un chien ou chat adulte ? Si vous souhaitez vendre votre chien ou chat adulte, et, quel qu’en soit la cause, si vous ne disposez pas d’un numéro de portée ou de SIREN, la vente est possible, mais vous ne pouvez alors diffuser aucune annonce le concernant.   Et si je souhaite faire plusieurs portées par an ? Au-delà de ces obligations, il est nécessaire de suivre une formation à l’élevage auprès d’un établissement agréé par le Ministère de l’Agriculture. Depuis le 1 er janvier 2016, il n’est plus nécessaire de demander un certificat de capacité en préfecture.  L’attestation obtenue après les formations « CCAD (Certificat de Capacité destiné à l’exercice des activités liées aux Animaux de compagnie d’espèce Domestiques) délivrée par la DRAAF (Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt) après évaluation individuelle est suffisante. Les anciens certificats restant valides.   Je souhaite donner un chiot ou un chaton, la réglementation est-elle la même ? La cession gratuite ne nécessite pas d’obtenir un numéro de SIREN. Pour autant les autres obligations doivent être respectées lors de la publication des annonces, la mention « gratuit » doit apparaitre clairement. Le certificat vétérinaire doit également obligatoirement être fourni à l’acquéreur, et là aussi seuls des chiots et chatons identifiés et âgés de plus de huit semaines peuvent être donnés.   La notion d’éleveur « particulier » s’est donc légalement effacée depuis le 1 er j anvier 2016, au profit de la notion d’éleveur amateur ou d’éleveur professionnel. L’objectif de la loi, outre la clarification du marché, vise à la fois à protéger les acheteurs et les vendeurs, mais aussi les chiots et les chatons, en garantissant l’origine des animaux et le sérieux des vendeurs.  Le législateur espère que cette réglementation permettra également de limiter les abandons et de limiter les trafics. Ainsi, dès le premier chiot ou chaton, toute personne vendant ou donnant le produit d’une chienne ou chatte lui appartenant est tenue de respecter des règles précises.
Le serpent des blés
20/08/2021

Le serpent des blés

Taille adulte  : 1,40 mètre   Longévité  :10-20 ans   Température :   - Point chaud :30°C le jour                           25°C la nuit   - Point froid :25°C le jour                          20°C la nuit   Hygrométrie  : environ 60%   Éclairage   : 12h/j, pas de nécessité d'UV B   Distribution géographique et habitat :   Cette couleuvre est originaire du sud-est des États-Unis : Floride, Louisiane, New Jersey, l'Illinois, le Colorado, Utah, jusqu'au Mexique. Elle vit aussi bien dans les forêts de pins, qu’au bord de certains cours d’eau, ou même dans les fermes.   Soins en captivité :   Un terrarium de 100cm/50cm/60cm de côté est le minimum pour un couple. La température doit être maintenue à 35°C le jour et osciller aux alentours de 22°C durant la nuit. Le chauffage peut être obtenu grâce à des lampes infrarouges, céramiques, et à des tapis chauffants, situés à l'extérieur du terrarium.   Deux cachettes, l'une située au point froid et l'autre au point chaud sont essentielles. Omettre cet élément occasionne un stress important à l'animal. La taille des abris devra être adaptée à celle du serpent. On veillera à ce que l'eau reste propre en la remplaçant quotidiennement ou même dès qu'elle est souillée. Pour les femelles, ajouter une boîte de ponte pourvu d'un substrat humide (vermiculite par exemple).   Alimentation :   Rongeurs de taille adaptée à celle du serpent (souriceaux de 1 jour chez les jeunes, souris chez les adultes). Les adultes seront nourris une fois par semaine environ. Idéalement, si le serpent les accepte, les proies doivent être données mortes pour éviter toute blessure. S'il refuse les proies mortes, mieux vaut l'habituer progressivement en commençant par donner des proies fraichement tuées (mouvements réflexes attirant le serpent). On peut réchauffer les proies décongelées pour stimuler l'appétit du serpent. Enfin on passera à des proies à température ambiante. Donner des proies vivantes peut occasionner des blessures graves, des infections de plaies et la mort du reptile. De plus, pour la proie, on peut considérer cette mort comme cruelle, car lente et très stressante.   Reproduction :   La saison reproductrice commence entre décembre et février, suite à l'hivernation. La femelle est ovipare : elle pond en moyenne 7 à 25 oeufs. L'incubation dure environ 50 jours à 28-30°C et 90% d'hygrométrie. Les jeunes acceptent en moyenne leur premier repas vers 10 jours, après la première mue.   N'hésitez pas à prendre conseil auprès de votre vétérinaire à propos de votre serpent ou bien si vous souhaitez en adoptez un.  
12345678910...